Les tribulations d’une jeune divorcée


Titre: Les tribulations d’une jeune divorcée

Auteur : Agnès Abécassis
Date de publication : 2005

 Résumé :

Empotée, complexée, un seul homme au compteur et incapable de tuer un cafard sans vomir son petit déjeuner : depuis son divorce, le quotidien de Déborah n’est pas facile-facile. Car en retrouvant sa liberté, cette femme au foyer soumise et assistée a découvert une vie de chef de famille, de femme active et d’objet sexuel qu’elle avait ignorée jusqu’ici.
Dès lors les péripéties vont s’enchaîner : Déborah devra apprendre à se déshabiller devant un autre homme que son mari, résister à un patron harceleur, tout en s’occupant de ses deux enfants sans faillir. Mais comment reconstruire une vie de famille quand les hommes que l’on rencontre sont plus pitoyables les uns que les autres ?
Entre crises de rire avec les copines et crises de boulimie larmoyantes, Déborah va devoir faire l’apprentissage de sa nouvelle indépendance..
Mon avis :
Un roman assez sympa dans l’ensemble. La vie célibataire est par moments bien caricaturée voir un peu trop mais cela ne dérange pas des masses niveau lecture. Ce que je trouve dérangeant par contre, c’est les détails! La narratrice va nous raconter sa vie tout au long du roman mais par moments c’est juste trop détaillé, elle passe par quatre chemins pour nous raconter quelque chose de simple, et personnellement je trouve ça lourd. J’avais lu « Toubib or not toubib » de la même auteur et la aussi c’est pareil,trop de détails qui ralentissent la lecture. Je sais qu’il y’a une suite a « Les tribulations d’une jeune divorcée » et ma foi il n’est pas dans mes priorité ou bien un jour si j’ai envie d’une lecture légère malgré les détails. Par ce qu’au fond ça reste un récit assez frais. A lire entre 2 pavés ou bien je pense quand on as pas grand chose sous la main.
Publicités

L’herbe bleue.


Titre : L’herbe bleue
Auteur : Anonyme
Date de publication : Mars 1971

Résumé :

« L’herbe bleue » est le journal intime d’une jeune droguée de quinze ans. Cet ouvrage ne prétend pas décrire le monde de la drogue chez les jeunes. Il n’apporte aucune solution à ce problème. C’est une chronique personnelle, spécifique, qui, en tant que telle, permettra peut-être de comprendre un peu l’univers de plus en plus compliqué dans lequel nous vivons. Les noms, les dates, les lieux et certains événements ont été changés, selon le désir de toutes les personnes mêlées à ce récit.
Mon avis :
J’ai lu ce livre étant ado, je suis retombée dessus un jour ou j’achetais des bouquins et j’ai voulu le conseiller a ma sœur de 15 ans. Mais en y réfléchissant je me dis que de nos jours il est vraiment trop dépassé, rien de choquant pour les ados actuels. Par contre quand je l’ai lu la première fois, j’ai été assez troublée et émue par l’histoire de cette jeune fille, comment ne pas l’être? Je le recommande tout de même aux jeunes gens malgré que pour eux rien de neuf a l’horizon , mais quand même il mérite d’être lu. La ou le bat blesse néanmoins c’est que tout ceci n’est qu’une mascarade et que l’auteur est un fake. C’est une psy du nom de Béatrice Sparks qui en est l’auteur , elle s’est notamment inspirée des journaux intimes de ses patients.

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers.


Titre : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers
Auteur : Benjamin Alire Saenz
Date de publication : Juin 2015

Résumé : 

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers
Mon avis :
J’ai franchement eu du mal au début, j’arrivais pas a m’identifier a qui que ce soit, et se plonger en 1987 n’est pas une mince affaire ^^ Mais au bout de quelques pages j’ai été happée par cette histoire , impossible de me faire lâcher le livre.
On y retrouve donc Aristote , 15 ans, qui est -de mon avis- introverti mais pas non plus totalement asocial et en face nous avons Dante, du même age, qui lui voit la vie d’un autre œil et qui ne cache en rien ce qu’il est et ce qu’il ressent. Malgré tout, ces deux la vont nouer une très forte amitié. C’est la ou c’est intéressant , on cherche toujours des amis qui nous ressemblent a la limite du clone, eux au contraire ils sont amis en se complétant.
On y voit aussi les tracas d’Ari, sa relation plus que difficile avec son père, sa mère qu’il aime par dessus tout, mais surtout sa crainte de suivre les pas de son frère dont il ne sait rien.
Sa relation avec Dante lui feras prendre conscience de beaucoup de choses et c’est la ou c’est intéressant de conseiller cet ouvrage car je pense qu’il peut aider, ne serait ce qu’un peu, des jeunes gens (ou moins jeunes pourquoi pas) mal dans leur peau. Je n’ai pas lu 38000 livres dans ma vie mais j’ai rarement (voir jamais) lu sur le sujet de fond si je puis dire, et c’est agréable d’être le temps d’un livre, dans la tête de ce jeune homme et de découvrir avec lui des émotions qu’il ne connaissait pas 🙂
Au final je recommande vivement Aristote & Dante, ne vous arrêtez pas si le début vous parait long!
Mention spéciale a Dante, je l’adore! J’aime bien aussi Aristote mais son pessimisme mêlé a un petit coté macho ne m’as pas franchement plus 🙂